Notre démarche et pourquoi Laudato Si

1. Notre démarche

Notre démarche est une démarche d'écologie intégrale : soucieuse de l'humain comme

du naturel. «Il serait vain d'enseigner la sobriété et les vertus écologiques sans accueillir dans un lieu où la nature est belle et sans témoigner d'une cohérence de vie ».

(académie de l'écologie intégrale)

L'attention que nous souhaitons porter à nos hôtes, notamment à ceux en séjour "écoute et/ou discernement", nous a conduit à choisir cet endroit en raison de sa nature préservée :

IMG-20201210-WA0021.jpg
20210409_161455.jpg
  • lieu entouré d'élevages, sans risque de pesticide

  • richesse de la flore : prairies naturelles ; bois de chênes, châtaigniers, hêtres ; bosquets de frênes, tilleuls, robiniers...

  • richesse de la faune : salamandres et crapauds (signe d'eau limpide), papillons en grand nombre, hannetons, grillons, musaraignes, nombreuses variétés d'oiseaux toute l'année.

Notre contribution pour maintenir et développer cette biodiversité :

  • des abris pour les oiseaux et des mangeoires en période de gel uniquement (ils doivent continuer à exercer leur instinct !)

  • des murs de pierres sèches ou volontairement non rejointoyés pour les lézards et les oiseaux

  • de la terre mouillée permettant aux hirondelles de préparer leurs nids

  • des petits tas de bois pour les hérissons

Au jardin, maintien d'une grande diversité de plantes herbues, signe d'une terre riche et qui s'enrichit ; espaces laissés volontairement en jachère pour laisser des refuges à la mini-faune (déjà recommandé par St François d'Assise au XIII siècle !)

Projets en cours : une mare et un poulailler

vue aérienne.jpg

Le bâti : restauré de manière traditionnelle, par des entreprises locales dans un rayon de 20 km maximum et dans un souci du respect de l'environnement naturel et culturel ; poutres et pierres apparentes ; accent mis sur la qualité de l'isolation (épaisseur, laine de bois...) ; chauffage par poêle à granulés provenant d'une scierie du Lot livrés en vrac et fabriqués avec une part de chêne pour un meilleur pouvoir calorifique et donc une moindre consommation.

Nous serons heureux d'utiliser des panneaux solaires fabriqués en France et recyclables quand les matières premières nécessaires seront extraites et transportées de manière respectueuse pour les travailleurs et l'environnement.

Récupération des eaux de pluie en cours d'installation

L'aménagement intérieur : meubles et accessoires «chinés» ; linge de maison 100% coton (percale/flanelle selon la saison) et/ou laine, sélectionné en fonction de sa fabrication en France ainsi que des conditions éthiques, sociales et environnementales du fabricant conformément à notre attachement à l'écologie intégrale ; quelques éléments issus du recyclage...

Table d'hôtes : 100% fait maison avec des produits issus de notre potager et/ou de petits producteurs locaux travaillant en bio avec qui nous avons noué des contacts personnels, permettant donc des visites à la ferme.

Gite Lot Le Bouyssou Bergers Latapoune.j

Sébastien et Pierre de la ferme de Latapoune  - photo Edouard Cortès

Au quotidien : recours à des produits naturels (savon noir, vinaigre blanc, détartrant bio...), tri sélectif et compostage

Potager : cultivé en bio et selon les principes de l'agroécologie, parallèlement à un début d'agroforesterie en verger pour diminuer les effets des étés très secs et chauds en Quercy ; le potager est arrosé selon ses besoins, avec l'eau du puits

2. Pourquoi Laudato Si ?

Laudato Si  est le titre de la dernière encyclique économico-sociale et a l'écologie pour objet ; elle lie l'économique, l'écologique et le social pour développer l'idée d'écologie intégrale.
Comme toutes les encycliques sociales, elle s'adresse à tous.

Pourquoi s'étonner qu'on entasse les poules alors qu'on entasse déjà les humains depuis des décennies ?

L'écologie est intrinsèquement intégrale : déshumanisation et éloignement de la nature entraînent enlaidissement et tristesse.

Avenue à Choisy le Roi sous le même angle, vers 1900 et aujourd'hui. De la mixité nature/humanité, familière et animée, au «tout bagnole» bruyant, sans arbre ni piéton... N'était-il pas possible de répondre à la démographie en construisant à échelle humaine sans faire table rase de l'histoire des villes ?

«Le livre de la nature est unique et indivisible» (Benoît XVI) et inclut les interactions humaines comme la famille, la société, la culture, l'environnement, la vie...par conséquent, la dégradation de l'environnement est étroitement liée à la culture de consommation qui façonne l'Humanité aujourd'hui.

Les blessures des environnements naturel et social sont dues au même mal : le relativisme qui amène à considérer que les choses et les gens n'ont de valeurs qu'en fonction de ce qu'ils nous (r)apportent.

Il est nécessaire de miser sur un autre mode de vie que celui d'une existence envahie par l'idéologie de marché : marché et productivisme engendrent un consumérisme compulsif auquel nous force une publicité omniprésente afin de donner l'illusion de la liberté, du bonheur, d'«avoir réussi», par l'accumulation de biens matériel. C'est tout le contraire car le besoin d'accumuler des biens est un signe de dépendance. Ce désir de consommer révèle un manque d'identité (compenser un manque d'être par l'accumulation d'avoir) qui est un manque de transcendance, et une angoisse. «Plus le cœur de la personne est vide, plus elle a besoin de consommer» (pape François, encyclique Laudato Si).

Il n'y a pas de vrai Bien Commun sans limites, même à nos désirs les plus chers et en réalité «acheter est non seulement un acte économique mais toujours aussi un acte aux conséquences morales» (Benoit XVI). La conscience ne peut être isolée des actes ni les actes des environnements naturel et humain. Tout est lié. Il est donc temps de «passer de ce que je veux à ce dont le monde à besoin» (patriarche Bartholomée). Se satisfaire de besoins conforme au Bien Commun est toute une éducation, toute une conception de la vie. On peut y arriver par la petite voie des petits gestes multipliés jusqu'à en faire un style de vie qui redonnera leur dignité aux moments les plus humbles du quotidien et apprendra à les aimer ; c'est ce qu'on nomme la sobriété heureuse.

La spiritualité chrétienne propose un mode de vie contemplatif, sobre, et par là, en ces temps de consumérisme stérile, un mode de vie prophétique : montrer qu'il est possible de vivre en appréciant les choses sans être obsédé par leur consommation, être sereinement présent à chaque réalité et à chaque personne, prôner la croissance par la sobriété et non par la création d'envies artificielles, développer la capacité d'être heureux avec le nécessaire sans s'attacher à ce qu'on a ni s’attrister de ce qu'on n'a pas, trouver de la satisfaction dans les rencontres, le service, l'art, le développement de ses charismes... ce qui semble «moins» est en réalité «plus».

Au-delà de la sobriété et de la sérénité, l'écologie intégrale amène concrètement à développer l'attention au Beau sans laquelle tout devient sans valeurs et se trouve réduit au simple usage, à tisser des liens, à pratiquer le localisme, à consacrer du temps à l'accueil et au service. Afin de rendre la société plus humaine, il faut revaloriser le désir de faire du bien aux autres dans la vie sociale, politique, économique, culturelle, en faisant de l'attention à autrui la norme constante et suprême de l’action (Conseil pontifical Justice et Paix).